Univers

Jeux Vidéos

Mario Power Tennis GBA

Un spin-off Mario sportivement intéressant.

Temps de lecture : 3 min env.
Publié le dimanche 04 septembre 2011 à 00:09

La Gameboy Advance est une console portable qui m'a toujours fasciné. Mignonne, puissante pour l'époque, je bavais comme un malade quand l'un mes cousins me laisser la possibilité de jouer avec sur Pokémon rubis. Comme je suis toujours en quête de collection, je m'en suis procuré une récemment et je ne regrette pas mon achat. Mais parlons plutôt du jeu, car c'est lui qui nous intéresse.

Mario Tennis est un jeu spin-off dans l'univers de Mario, réalisé par Camelot Soft, les créateurs du génialissime Golden Sun qu'on aura l'occasion de reparler plus tard.

Le jeu reste dans la continuité de l'épisode Gameboy Color en proposant un hub, en l'occurence l'académie où il lui sera possible de naviguer librement dans la mesure du possible car il faudra passer les niveaux débutants, séniors et pro en battant les joueurs qui défendent leur place.

On vous donne le choix en début de partie de choisir un personnage masculin (Max) ou féminin (Tina) et de lui donner un nom, mais sachez que l'autre joueur que vous aurez écarté sera votre compagnon qui vous encouragera en simple et vous accompagnera en double, donc vous avez tout intérêt à lui faire également monté des niveaux.

La progression est scénarisée, les dialogues sont nombreux, mais ne sont pas rébarbatifs comme pourrait l'être dans de nombreux RPG japonais de l'époque (non je ne citerais personne -_-').

Vous commencez l'histoire dans votre chambre où votre compagnon vient vous réveiller. Vous pouvez choisir de commencer l'aventure en double ou en simple, la progression est identique dans les deux cas (leveling), mais ce qui est intéressant c'est que les joueurs que vous avez déjà croisées à l'académie ou ailleurs se souvienne de vous, de vos exploits, à quel place vous étiez au tournoi de l'an dernier (si vous l'aviez fait) ... Tout est bien pensé pour que l'immersion dans ce monde coloré soit totale. Mais revenons au plus important du boulot fait par non amis de Camelot. Quand vous commencer un match ou entrainement, on peut remarquer que la prise en main est immédiate, comme ses ainées Mario Tennis sur Nintendo 64 et Gameboy Color.

Les Coups que vous pouvez placer sont très simples à réaliser (A -> B pour un lob et B->A pour l'amorti), on peut également réalisé les Super Frappes, genre de frappe surhumaine quasiment impossible à arrêter qui sont déblocables en s'entraînant et qui s'exécute quand la jauge (quand vous appuyer sur la touche R) est à son maximum. On peut également manager ses Super Frappes en choisissant des Super Frappes offensives ou défensives.

Lors des dialogues, on aura le choix souvent de répondre OUI ou NON à une question, ce qui n'influe pas sur la suite du jeu, mais il est rigolo de voir la réaction d'une personne qui vous pose une question du genre "est-ce mon gros postérieur qui a fait valdinguer mon compagnon".

Les personnages Nintendo sont également de la partie avec un Mario plus en forme que jamais qui fait parler de lui en début de jeu, mais sans se montrer (il est masqué) et en fin de partie quand le joueur a fini les classes Junior, Sénior et Pro et gagner le tournoi de l'île. On peut regretter qu'il ne soit pas très nombreux (seulement six et pas de Yoshi en vue T_T).

Parlons rapidement des graphismes de ce jeu qui sont, pour moins parmi les plus beaux vu sur cette console et tant pis si je m'avance en disant cela. Les décors sont riches et détaillé, les sprites sont beaux avec des personnages hauts en couleur. Il est vrai qu'une fois en match, on peut être déçu de retrouver un rendu 3D des personnages (Donkey Kong Country Like) qui ressemble pour le coup à une grosse bouillit de pixel mais l'animation des personnages corrige ces défaut. Bref, on peut dire que c'est une réussite technique sur ce point et on n'en attendait pas moins des gens de Camelot.

Les musiques et bruitages sont soignés, elle ne passe pas inaperçus et on le mérite de coller à l'univers Mario. En parlant de bruitage, heureux de constater que chaque joueur possède son propre cri lors qu'il tire dans la balle, c'est également bien pratique pour reconnaitre les garçons dans ce jeu, car beaucoup d'entre eux affiche un look emo qui ne permet pas de les distinguer du sexe opposé.

Parlons au finale des différents mode de jeu restant, il y a bien sûr un mode exhibition qui permet de choisir les personnages que l'on a débloqués dans ce jeu ou son personnage avec ses stats bien à lui. Un mode link deux joueurs très plaisant, ainsi que les mini-jeux débloqué dans le mode aventure.